Quelles organisations des soins pour favoriser la juste présence ?

18 octobre 2018
16h00 - 17h00

Quelles organisations des soins pour favoriser la juste présence ?

Nul ne peut soigner seul, aussi solide soit-il. Une juste présence s’appuie sur un travail collectif (équipe, pôle, institution) qui repose sur des valeurs, des liens, un cadre thérapeutique porté par chacun, une clinique élaborée à partir de tâtonnements valorisés et partagés. Oser la relation, c’est aussi créer des espaces où interroger la présence à l’autre. Comment organiser cet indispensable accompagnement relationnel dans un cadre institutionnel où les normes et les protocoles envahissent le quotidien ?

– L’esprit des soins dans la fonction d’encadrement ou comment soutenir la présence
soignante ?

Alice Marmion, cadre de santé, CH Charles Perrens (Bordeaux).

L’ambition du cadre de santé, dans sa fonction d’animation, d’organisation et de coordination, doit être de maintenir toujours vivante la question « qu’est-ce qu’on fout là ? » (J. Oury). Car ce qui est entravé chez la personne qui décompense ou tente de se rétablir d’un trouble psychique n’est rien moins que son « être-au-monde ». Le cadre de santé doit donc permettre à l’équipe soignante d’élaborer l’arrière-plan sur lequel tisser des relations intersubjectives essentielles. Ce dispositif-cadre-thérapeutique, dont nous présenterons quelques éléments constitutifs, tient lieu de médiation. Dans un contexte marqué par l’idéologie du « new public management », ce travail implique de reconnaître des « arts de faire » dans les pratiques soignantes. Dès lors, comment concevoir un milieu favorable à l’émergence toujours indéterminée, fragile et délicate de la relation ?

– Juste présence soignante et programmes « Qualité » : quelle articulation ?
Bénédicte De Villers, chargée de recherches et de projets, coordinatrice locale pour la qualité des soins et la sécurité des patients et Christophe Médart, infirmier en chef, Centre neuro-psychiatrique St–Martin, Namur (Belgique)

Oser s’engager dans la relation de soins ne va pas de soi. Cela réclame une certaine qualité de présence à définir, comme d’être au clair (ou en essai de l’être) avec le sens de cette présence. Ces questions ne trouvent pas aisément de réponses au sein de protocoles préétablis. Cependant, la démarche Qualité d’une institution, quand elle ne se nourrit pas d’obsessions comptable et de contrôle, peut soutenir cet engagement soignant.

Dès lors, rendre compte de la qualité de présence effective ou attendue, instituer des exigences de sens, de singularité et de créativité au cœur de la dynamique collective, encourager des jugements de beauté sur le travail des collègues, peuvent constituer autant d’éléments de rencontre entre un programme Qualité et un engagement soignant.