Isolement et/ou contention : des alternatives élaborées par le collectif soignant

29 novembre 2017
16h00 - 17h30

Isolement et/ou contention : des alternatives élaborées par le collectif soignant

Des équipes soignantes proposent des soins alternatifs et parviennent à réduire les isolements et les contentions.  Sur quels savoir-faire et savoir-être s’appuient-elles ? Comment se sont-elles organisées ? Quelles difficultés ont-elles rencontrées ? Comment accompagner un patient susceptible d’être débordé par son agressivité ? Peut-on alors se passer d’isolement et de contention ?

– Comment prendre en charge les états de violence et d’agitation sans isoler ou attacher ?
Fiorenzo Bianchi, directeur des soins, Clinique psychiatrique cantonale de Mendrisio (Suisse)

Résumé. Depuis 2010, une équipe mobile a été mise en place à la Clinique psychiatrique cantonale de l’hôpital de Mendrisio (Suisse) afin de réduire les pratiques contraignantes extrêmes. Objectif atteint en 2014 avec la suppression des contentions mécaniques et l’isolement. Les membres de cette équipe mobile sont des soignants dédiés, qui offrent une assistance immédiate via différentes stratégies d’intervention de crise. Au fil du temps, ces modalités de prise en charge de la crise et de l’agressivité se sont implantées et améliorées. Des techniques de soins intensifs et des traitements repérés en amont avec le patient ont permis de changer de paradigme, en impliquant les équipes en interne et les acteurs extérieurs. Supprimer la contention et l’isolement en psychiatrie est un engagement qu’il faut tenir et une conception des soins qu’il faut partager avec les nouvelles générations de soignants en santé mentale.

 

– Alternatives aux mesures de contention et d’isolement en psychiatrie : expertises soignantes et légitimité des savoirs ancrés (la recherche-action TARPI)
Jerry Libert, kinésithérapeute et Julien Simon, éducateur, Clinique Hospitalière Jean Titeca (Bruxelles) et François Gillet , éducateur et psychopédagogue et Rolland Pollefait, sociologue, Enseignant-Chercheur C.E.R.I.S.E.S

Résumé. Quatre partenaires européens ont mené une recherche-action sur les alternatives à l’isolement et à la contention en psychiatrie, afin d’identifier, de conceptualiser et de se former à d’autres prises en charge de la crise (Clinique hospitalière Jean Titeca, Bruxelles – Clinique Parnassia, La Haye – Centre Hospitalier Neuro-Psychiatrique d’Ettelbruck, Luxembourg – Centre de recherches C.E.R.I.S.E.S de la Haute École de Bruxelles-Brabant). Notre hypothèse était la suivante : les soignants mettent en œuvre au quotidien des alternatives à la contrainte qui restent invisibles car elles sont rarement reconnues comme telles par les professionnels eux-mêmes et leurs collègues. Nous avons donc exploré leurs comportements professionnels afin de faire émerger et légitimer ces « bonnes pratiques ». Pour ce faire, nous avons élaboré un dispositif méthodologique à partir de trois sources : les groupes d’analyse des pratiques, le théâtre-forum d’Augusto Boal, et l’analyse de l’activité. Ces « bonnes pratiques » identifiées, les participants ont co-construit un module de formation « TARPI » (Toward Alternitive to Restrain in Psychiatric Institutions :vers des alternatives aux mesures de contention et de mise à l’isolement en milieux psychiatriques) destiné à leurs pairs qu’ils ont ensuite formés.