Programme

« Il faut le recadrer ! » : quelles limites pour quels soins ?

 

Certaines limites qui bordent l’espace thérapeutique favorisent le soin, d’autres  se dressent comme des obstacles qui figent les relations et génèrent d’inutiles frustrations, conflits et malentendus. La limite doit rester au service du soin et non l’inverse.

Confrontés à des comportements qui attaquent le lien à l’autre ou l’ignorent, les soignants ont parfois du mal à se positionner et à savoir quelle attitude adopter. Ils peuvent alors se retrancher derrière un règlement rigide.

Comment différencier ce qui relève de la loi, du règlement et de la coutume ? Qu’implique ce repérage en termes de soins ? Comment faire cohabiter cadres thérapeutique et juridique ?

Si certains patients ne tolèrent pas la moindre frustration, d’autres réagissent à des dysfonctionnements institutionnels.  La clinique nous invite à différencier privation, castration et frustration. Elle nous apprend à repérer avec chaque patient ce qui fait « bord » pour lui. Savoir poser des limites c’est être capable de dire « non » à ce qu’il fait mais « oui » à ce qu’il est. Comment acquérir cette compétence et entretenir cette souplesse émotionnelle ? Avec quels types d’outils ?

Comment maintenir une ambiance qui permette de poser des limites à un patient tout en lui manifestant un accueil inconditionnel.

« Recadrer »,  n’est-ce pas finalement instaurer un espace de parole et de prise de décision commune qui engage chaque partenaire du soin.

Programme en cours d'élaboration