Programme

Isolement et/ou Contention : quelles perspectives cliniques ? 

Argumentaire

Depuis plusieurs mois, l’isolement et/ou la contention sont au cœur de l’actualité de la psychiatrie française.

Ces mesures posent des questions éthiques, qui interrogent le droit et le respect des libertés fondamentales. Leur recrudescence, en réponse à des situations très diverses, a ainsi récemment conduit le législateur à restreindre leur utilisation, uniquement « en dernier recours ».

L’isolement et surtout la contention font aussi émerger de réelles questions cliniques. Ces pratiques peuvent en effet compromettre l’alliance thérapeutique, retarder la réhabilitation psychosociale, et complexifier le rétablissement.

Quels critères cliniques légitiment le recours à l’isolement et/ou à la contention ? Quels bénéfices cliniques en attendre ? Quels sont les effets indésirables ? Comment établir une balance bénéfice/risque ? Quelles procédures explicites mettre en place ?

Des équipes n’utilisent ni contention, ni isolement. Comment procèdent-elles pour contenir les patients agités ? Comment s’appuyer sur leurs savoir faire et leur expérience ?

Les isolements et/ou contentions sont parfois considérés comme des symptômes de dysfonctionnements institutionnels. Peut-on les traiter ? Comment travailler la dimension contenante de l’institution ? Par des réunions communautaires ? Par l’analyse des pratiques ? En faisant appel à des tiers ?

Ces différentes pistes seront explorées et questionnées au cours de ces 4 tables rondes 

Journée 1
29 novembre 2017

Isolement et/ou contention : une responsabilité éthique éclairée

Isoler ou attacher un patient doit rester une contrainte extrême qui ne peut être envisageable qu’en dernier recours. Comment un patient vit-il ces mesures, à quoi le renvoient-elles ? Comment peut-il ensuite reprendre pied dans le soin ? Que dit précisément la loi ? Que recommande la Haute Autorité de santé (HAS) ? Comment adopter une posture éthique face à des situations qui nous poussent aux limites du soin ?

– Les pratiques d’isolement et de contention sont-elles acceptables pour les personnes qui les vivent ?
Les usagers – experts « Capdroits »

– Isolement et contention dimension juridique et éthique
Eric Péchillon, Professeur de droit public Université Bretagne Sud, spécialisé en droit de la psychiatrie

– Du désamorçage à l’isolement-contention, des réponses graduées à partir de la clinique
Dr Charles Alezrah, psychiatre, président groupe de travail isolement et contention à la HAS et Dr Marielle Lafont, Conseiller à la HAS, Service Évaluation de la pertinence des soins et Amélioration des Pratiques et des Parcours, co-pilote groupe de travail « Mieux prévenir et prendre en charge les moments de violence dans l’évolution clinique des patients adultes lors des hospitalisations en services de psychiatrie »

Isolement et/ou contention : une décision clinique argumentée

La mise en chambre d’isolement ou la contention sont des décisions prises à partir de critères cliniques qu’il convient de repérer précisément. Quels sont ces critères ? Quels bénéfices en attendre ? Quels sont les risques ? Ces contraintes imposées ont-elles des répercussions sur le parcours de soin du patient ? Comment peut-on permettre à chaque patient et à chaque équipe d’intégrer les bouleversements qu’elles suscitent ? Quand s’en passer ? Comment s’y prendre alors ?

– Arguments cliniques pour isoler et/ou attacher
Dr Jean Pierre Vignat, psychiatre des hôpitaux, PH honoraire, formateur, superviseur

– Isoler et/ou attacher : quelles conséquences sur le parcours de vie ?
Dominique Friard, infirmier de secteur psychiatrique, superviseur d’équipes

– La lente sortie de la chambre d’isolement de Fidélio ou le collectif soignant en mouvement
Jacky Merkling, cadre supérieur de santé et Corinne Merkling, cadre de santé, Centre psychothérapique de Nancy

Symposium déjeuner- débat

 avec le soutien des laboratoires Otsuka-Lundbeck

Remise du prix infirmier en psychiatrie 2017

 

Isolement et/ou contention : des modalités pratiques régulièrement interrogées

Au delà des modalités cliniques et juridiques, comment ces mesures s’administrent-elles en pratique ? Avec quel accompagnement ? Quelles limites ? Il s’agit pour les soignants de les décrire le plus finement possible pour se limiter à ce qui est cliniquement et humainement nécessaire. Comment l’institution peut-elle accompagner les professionnels ?

– Etat des lieux des pratiques
Betty Brahmy, psychiatre Contrôleur des lieux de privation de liberté

– Définir le bon usage de la contrainte : retour sur les pratiques ordinaires de recours à la chambre fermée
 Delphine Moreau, sociologue, Hesav, Lausanne

– De la contention physique à la contenance psychique : le cheminement d’une équipe de soin
William Errigo, cadre supérieur de santé et Arnaud Boeglen, psychologue, Unité Chamoise, Centre psychotérapique de l’Ain.

 

Isolement et/ou contention : des alternatives élaborées par le collectif soignant

Des équipes soignantes proposent des soins alternatifs et parviennent à réduire les isolements et les contentions.  Sur quels savoir-faire et savoir-être s’appuient-elles ? Comment se sont-elles organisées ? Quelles difficultés ont-elles rencontrées ? Comment accompagner un patient susceptible d’être débordé par son agressivité ? Peut-on alors se passer d’isolement et de contention ?

– Comment prendre en charge les états de violence et d’agitation sans isoler ou attacher ?
Fiorenzo Bianchi, directeur des soins, Clinique psychiatrique cantonale de Mendrisio (Suisse)

– Alternatives aux mesures de contention et d’isolement en psychiatrie : expertises soignantes et légitimité des savoirs ancrés (la recherche-action TARPI)
Jerry Libert et Julien Simon, infirmiers, Clinique Hospitalière Jean Titeca (Bruxelles) et François Gillet et Rolland Pollefait, sociologues, Enseignant-Chercheur C.E.R.I.S.E.S